Accueil du site > 3/ CAS CLINIQUES > Chirurgie > De l’ostéosynthèse à la prothèse : échec de la gestion d’une fracture (...)
  • Article

  De l’ostéosynthèse à la prothèse : échec de la gestion d’une fracture ouverte du métatarse chez un springbok (Antidorcas marsupialis)

par Amélie Nicolau

samedi 18 mars 2017, par Alex

Cette présentation relate le cas de Noiraud, un mâle springbok âgé de 3 ans et présenté initialement pour une fracture ouverte de l’extrémité distale du métatarse droit. Des soins locaux et la mise en place d’un bandage de type Robert-Jones sont immédiatement réalisés sous anesthésie générale, et une antibiothérapie systémique (cefquinome, 3mg/kg IM tous les 3 jours durant 21 jours) est instaurée. Noiraud subit une première ostéosynthèse à J2. Le montage chirurgical se rompt lors de la tentative de relever de l’animal au réveil. Des soins conservateurs sont prodigués dans l’attente d’une seconde ostéosynthèse 3 jours plus tard (J5). Une infection des plaies chirurgicales et des fragments osseux est constatée dans les jours suivant cette intervention. Compte tenu du caractère placide de l’animal et de son bon état général, la mise en place d’une prothèse est envisagée. Noiraud subit une amputation du membre pelvien droit, 3cm en dessous du tarse, à J13. Une béquille temporaire est réalisée à l’aide de deux attelles et d’une résine afin de permettre à l’animal de se déplacer. Des soins locaux au niveau du moignon et des changements de résine sont ensuite réalisés sous anesthésie générale chaque semaine durant 7 semaines, dans l’attente de la fabrication et réception de la prothèse. Au cours de ces anesthésies, Noiraud présente ponctuellement des épisodes de respiration saccadée. Toutefois, son état général et son appétit restent bon, malgré un amaigrissement et une amyotrophie marquée des membres pelviens. A J48, la présence de plaies associées à un début de nécrose cutanée est constatée au niveau du moignon. Une apathie est signalée par les soigneurs à J62. Noiraud est anesthésié à J63 pour de nouveaux soins de plaie. Une nécrose cutanée importante est alors constatée au niveau de l’extrémité distale du moignon. Compte tenu des difficultés respiratoires rencontrées sur les précédentes anesthésies, des radiographies thoraciques sont réalisées et révèlent une augmentation de la densité pulmonaire. Des soins locaux sont apportés au moignon, la béquille est définitivement retirée et une nouvelle antibiothérapie systémique (oxytétracycline, 20mg/kg IM tous les 3 jours) est initiée. L’animal décède le même jour lors de la phase de réveil. A l’autopsie, de multiples abcès, une atélectasie et une nécrose sévère sont mis en évidence sur le poumon gauche. La coloration de Ziehl-Nielsen à froid sur le poumon ne révèle la présence d’aucun bacille acido-alcoolo résistant.

Télécharger la présentation osteosynthétique ici

Répondre à cet article