Accueil du site > 3/ CAS CLINIQUES > Divers > Ventilation mécanique d’un jeune phoque gris (Halichoerus grypus)
  • Article

  Ventilation mécanique d’un jeune phoque gris (Halichoerus grypus)

par Romain Potier

samedi 18 mars 2017, par Alex

Quand le vétérinaire retient (aussi) sa respiration…

Un jeune phoque gris sauvage de 23 kg atteint de bronchopneumonie est anesthésié afin de réaliser un lavage broncho-alvéolaire (LBA). 15 minutes après une avoir reçu une injection de midazolam (0,3 mg/kg IM) et de butorphanol (0,3 mg/kg IM), l’animal est anesthésié avec de l’isoflurane délivré au masque puis via une sonde endo-trachéale (diam 8.5). L’absence de ventilation spontanée est fréquemment rencontrée lors d’anesthésie des pinnipèdes en général et des phocidés en particulier. Une ventilation mécanique du patient est mise en place pendant l’examen clinique et le prélèvement sanguin. Le réglage du débit ventilatoire est effectué afin d’obtenir une pression de 10-12 cm d’H20 dans le circuit comparable aux valeurs de références chez les carnivores domestiques. A la suite de ces réglages, aucun mouvement d’expansion thoracique n’est observé, tandis que le soufflet du ventilateur reste immobile. Les valeurs d’EtCO2 enregistrées sont élevées (90) tandis que la Sp02 se stabilise à 60%. Une nouvelle vérification du circuit est effectuée sans qu’aucune anomalie ne soit détectée. Une radiographie thoracique est alors réalisée à T0 qui permet de mettre en évidence un collapsus puimonaire massif. Au cours d’une période de 6mn après que le diagnostic de collapsus ait été établi, le débit ventilatoire est graduellement augmenté, tandis que la fréquence de ventilation est diminuée de manière à augmenter la pression dans le circuit jusqu’à 30-35 cm d’H20. Ces nouveaux réglages ont pour objectif d’opérer un recrutement alvéolaire afin d’entreprendre la ventilation effective du patient. Ce recrutement alvéolaire est confirmé par 2 examens radiographiques du thorax réalisés à T+2mn et t+4mn. Il se traduit par une diminution de la valeur EtC02 et une augmentation progressive de SP02 à 85%. Quand la pression du circuit atteint 35 cm H20 des mouvements d’expansion thoracique sont à nouveau observés. Une fois le LBA réalisé, la reprise de la ventilation spontanée est observée sans délai. Une injection de Naltrexone (0.8 mg/kg IM) est administrée et l’animal récupère normalement. Ce cas illustre les spécificités physiologiques et anatomiques de l’appareil respiratoire des phocidés.

Telecharger la présentation apnéique ici

Répondre à cet article