Accueil du site > 3/ CAS CLINIQUES > Toxicologie et pharmacotoxicologie > Suspicion d’intoxication à la vesce velue (Vicia villosa) chez un oryx (...)
  • Article

   Suspicion d’intoxication à la vesce velue (Vicia villosa) chez un oryx algazelle (oryx dammah)

par Barbara Blanc

samedi 23 mars 2019, par Alex

Barbara Blanc, DVM, Tatiana Loucachevsky, DVM, Emmanuel Risi, DVM, Kevin Schlax, DVM, Romain Potier, DVM, dipl. ECZM (ZHM).

Une femelle oryx algazelle (Oryx dammah) de 14,5 ans est signalée abattue avec un mauvais état d’embonpoint. En première intention, elle reçoit une injection de Terramycine LA® (oxytétracycline). En l’absence de réponse au traitement, son état continue de se dégrader. Lors de l’examen clinique, l’animal est très amaigrie, abattu, incapable de se lever et présente une épistaxis et une déshydratation estimée à 10%. Une euthanasie est alors décidée. A l’autopsie, il est observé des lésions rénales, hépatiques et ganglionnaires sévères, diffuses, caractérisées par une augmentation de taille, une induration et une décoloration. Une infiltration grisâtre du parenchyme hépatique et des corticales rénales ainsi que des microhémorragies sont présentes. L’examen histologique révèle une néphrite interstitielle, une hépatite et une lymphadénite chroniques granulomateuses marquées. Compte tenu de la nature granulomateuse des lésions et l’exclusion d’une mycobactériose à l’aide de colorations de Ziehl Neelsen, l’hypothèse principale est une intoxication à la vesce velue (Vicia villosa). Au cours de travaux dans l’enclos 15 jours auparavant, le groupe d’oryx algazelle a eu accidentellement accès aux abords de haies où la plante est présente. La vesce velue est une légumineuse annuelle à biannuelle appartenant la famille des Fabaceae, présente en France, originaire du Sud de l’Europe et adaptée aux climats tempérés. Son utilisation en agronomie est répandue notamment comme plante de couverture. Sa toxicité par ingestion est décrite chez les chevaux et les bovins adultes à l’origine de maladie granulomateuse systémique (Systemic Granulomatous Disease) avec des signes cliniques divers (urticaire, abattement, diarrhée etc...), pouvant conduire à la mort. La pathogénie est incertaine, la vesce velue serait à l’origine de réactions d’hypersensibilité de type IV ou les lectines de la plante activeraient les lymphocytes T, à l’origine de lésions inflammatoires granulomateuses pouvant affecter tous les organes (en particulier la peau, le myocarde, les reins). Aucune dose toxique n’est établie. Une ingestion chronique en petite quantité peut cependant suffire à déclencher la maladie. Les individus adultes sont plus sensibles. Dans ce cas, la présence de la vesce velue dans l’environnement de l’animal conduit donc fortement à retenir cette hypothèse d’intoxication. Aucune description de cas n’est décrite dans la littérature sur des animaux de la faune sauvage. Bien que d’autres cas de mortalités d’antilopes présentées sur la même plaine soient survenues concomitamment, aucune lésion granulomateuse imputable à l’ingestion de vesce velue n’a été observée

Pour la présentation toxique, cliquez ici

Répondre à cet article