Accueil du site > 3/ CAS CLINIQUES > Divers > Évaluation échocardiographique et électrocardiographique chez des flamants des (...)
  • Article

  Évaluation échocardiographique et électrocardiographique chez des flamants des Caraïbes anesthésiés (Phoenicopterus ruber)

Mathilde Gluntz, DMV, 1,2 Camille Poissonnier, DMV, 2 Dylan Duby, DMV,1 Aude Bourgeois, DMV,1 Peggy Passavin, DMV,2 Pierre Huberteau, DMV, 1 Valérie Chetboul, DMV, Ph.D., Dipl ECVIM, 2 Norin Chai, DMV, Dipl. ECZM (ZHM)

mercredi 21 octobre 2020, par Sylvie.Laidebeure

Le flamant des Caraïbes (Phoenicopterus ruber) caractérisé par son plumage rouge flamboyant est, comme son nom l’indique, retrouvé en Amérique centrale et est le seul flamant naturellement observé en Amérique du Nord. Les caractéristiques cardiovasculaires des Phoenicopteridae ont peu été étudiées, néanmoins le système circulatoire a bien été décrit dans d’autres espèces aviaires. Les objectifs de cette étude étaient donc de décrire les caractéristiques échocardiographiques et électrocardiographiques (ECG) chez des flamants des Caraïbes apparemment sains. Ces individus captifs ont été anesthésiés selon deux protocoles (groupe 1 : médétomidine ; groupe 2 : médétomidine - kétamine) afin de réaliser un examen clinique de routine ainsi que des examens complémentaires (endoscopie, prise de sang). Les examens échocardiographiques et ECG ont été réalisés chez 23 et 24 individus, respectivement. Les animaux ont été positionnés en décubitus latéral pour chaque examen. La fréquence cardiaque, la durée et l’amplitude de chaque complexe et la durée de chaque intervalle ont été analysées selon six dérivations à l’ECG. L’échocardiographie a été réalisée par un même opérateur, le même jour avec le même appareil. Deux coupes longitudinales ont été effectuées par abord ventro-médian en arrière du sternum, afin de mesurer les dimensions des chambres cardiaques en systole et diastole, les fractions de raccourcissement des cavités, et les flux aortique et atrio-ventriculaire gauche. Aucune différence significative entre les groupes 1 et 2 n’a été observée à l’exception de la fréquence cardiaque, plus élevée dans le groupe 1 que le groupe 2 (P < 0.05). Aucune différence significative n’a été observée pour la majorité des paramètres entre les mâles et les femelles, et entre les différentes classes d’âge. Cette étude est, selon les auteurs, la première à décrire l’évaluation échocardiographique et électrocardiographique chez Phoenicopterus ruber

Télécharger la présentation rose ici

Répondre à cet article