• Article

  Lumpy Jaw

(Necrobacillose)

mardi 9 septembre 2008, par Benoit Quintard

Fiche pratique Pathologie infectieuse

Fiche pratique Pathologie infectieuse

 

Lumpy Jaw (Nécrobacillose)

 

n      Agent pathogène : Fusobacterium necrophorum. Bactérie anaérobie, Gram -, commensale digestive de nombreux animaux. (D’autres agents sont parfois incriminés : Actinomyces sp., Arcanobacterium sp., Bacteroides sp., etc.).

 

n      Epidémiologie :

·         Espèces cibles : Artiodactyles, macropodes (kangourous et wallabies).

·         Facteurs de réceptivité : Surpopulation, captivité, stress, défaut d’hygiène, nourriture inadaptée (trop abrasive), retard à la chute des dents « déciduales ».

·         Réservoirs : Environnement.

·         Transmission : Contamination fécale de l’environnement.

 

n      Symptômes :

·         Manifestations : Dissymétrie de la face, oeil ou yeux fermé(s), gonflement de la mandibule, odeur putride, difficultés de préhension, lyse osseuse, pus, dépression, anorexie, amaigrissement, salivation, secouage de la tête, avant-bras mouillés et sombres. Les animaux meurent de faim, de septicémie, de toxémie ou de choc.

·         Durée : Variable, formes aiguës à chroniques.

 

n      Pathogénie : Point d’entrée : lésions de la muqueuse buccale (due à des aliments trop durs) > Diffusion locale jusque dans les tissus osseux, embolisation probable vers d’autres sites.

 

n      Lésions : Lésions suppuratives des muqueuses buccales, abcès pulmonaires gastriques ou hépatiques, ostéite nécrosante de la mandibule.

 

n      Diagnostic :

·      Clinique : Signes cliniques buccaux.

·      Radiographique : Lésions de lyse osseuse mandibulaire et maxillaire.

·      Bactériologique : LVD.

 

n      En pratique, en cas de suspicion: Ne pas attendre. Traitement antibiotique immédiat.

 

n      Traitement :

·      Local : Débridement de la zone infectée, extraction des dents si nécessaire,, curetage de l’os nécrosé. Traitement des abcès avec de l’eau oxygénée ou un désinfectant iodé.

·      Antibiotique : Par voie parentérale, Oxytétracycline (10 mg/kg), Tulathromycine, Pénicilline, Streptomycine, Tétracycline, Chloramphénicol pendant 3 à 6 semaines. En pratique (simple et efficace): Draxxin® en 2 injections à 1 semaine d’intervalle.

Nouvelle technique : imprégnation antibiotique de ciment dentaire appliqué dans les lésions osseuses.

·      Autre traitement  adjuvant efficace : Histabiosone® (Pénicilline, Streptomycine, Dexamétasone, Chlorphéniramine) 0,5 - 1 mL pour 10 kg pendant au moins 10 j et jusqu’à disparition des symptômes.

 

n      Prophylaxie :

·          Sanitaire : Contrôle de la reproduction pour limiter l’effectif et éviter la pollution fécale de l’environnement. Régime alimentaire fibreux adapté à une bonne santé buccale (luzerne, branches comestibles, pommes coupées, carotte). Pas de nourriture trop molle (favorisant le retard au remplacement des PM), ni trop abrasive.

·          Vaccination : Vaccin contre le piétain ovin déjà utilisé avec succès sur Macropus eugenii en australie.

Répondre à cet article