Accueil du site > 3/ CAS CLINIQUES > Chirurgie > Réduction d’une fracture du tibiotarse en partie distale chez un ibis rouge (...)
  • Article

  Réduction d’une fracture du tibiotarse en partie distale chez un ibis rouge (Eudocimus ruber) : une nouvelle approche.

par Cindy Braud

samedi 23 mars 2019, par Alex

Cindy Braud, DVM, MSc, Océane Graillot, DVM, Nicolas Goddard, DVM, Antoine Leclerc, DVM, Dipl. ECZM (Zoo Health Management), Baptiste Mulot, DVM.

Un ibis rouge (Eudocimus ruber) de 4 ans a été présenté pour une boîterie soudaine d’appui du membre pelvien gauche. L’examen clinique ainsi que les clichés radiographiques ont mis en évidence une fracture comminutive du tibiotarse gauche en partie distale avec déplacement médial du segment proximal et un fort traumatisme des tissus mous. La réduction de la fracture a été effectuée grâce à une technique décrite précédemment par Kinney et al. (2015) chez un ibis sacré (Threskiornis aethiopicus) et légèrement modifiée afin d’être adaptée au contexte. La mise en place d’un fixateur circulaire externe grâce à la pose de 6 broches, 2 en partie distale et 4 en partie proximale du trait de fracture, maintenues entre elles par 3 tubulures fixées par du polyméthacrylate de méthyle (Technovit 6091, Kulzer, Heraeus Kulzer GmbH, Philipp-Reis-Strasse 8/13 – 61273 Wehrheim, Allemagne) ont permis de réaligner et de stabiliser la fracture. Malgré une bonne gestion de l’analgésie, aucun appui du membre pelvien n’a été observé pendant les 32 jours d’hospitalisation. Les radiographies obtenues 4 semaines après la chirurgie ont mis en évidence un cal osseux suffisant pour permettre le retrait du fixateur. 48 heures après le retrait, l’oiseau prenait de nouveau appui sur sa patte et 3 mois plus tard, la fracture avait complètement cicatrisé, ce qui a permis de remettre l’oiseau en spectacle. Ce cas illustre une nouvelle approche chirurgicale, efficace et peu coûteuse, permettant la réduction de fracture des membres pelviens chez les échassiers.

Pour la présentation orthopedique c’est ici

Répondre à cet article